CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N°7 2017-2018 « JAZZ LADIES IN JAZZ… » – 16 OCTOBRE 2017

images


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

En 1920 l’industrie du disque connut avec l’avènement des « race records », une véritable révolution. Jusqu’alors, les dirigeants des grandes compagnies de disques n’avaient compté au nombre de leurs clients qu’une faible partie du public noir, appartenant à une classe moyenne qui, par souci d’intégration dans le monde dominant des blancs, refusait de prêter à cette musique de couleur toute l’attention qu’elle aurait méritée, la méprisait. Les premiers grands succès du jazz proche phonétiquement du terme argotique graveleux de « jass », remontent à 1917 et sont dus aux prestations de « l’Original Dixieland Jass Band », un orchestre de musiciens blancs dont la facture musicale put apparaître comme extrêmement novatrice. En ce qui concerne le blues, le premier raz de marée fut porté par des femmes noires – les seul clients à l’époque des « race records » étaient les blancs mâles – qui constituèrent le réceptacle idéal des phantasmes masculins des blancs américains des années 1920. Petit à petit un vivier de chanteuses de blues se constitua avec des chanteuses aussi prestigieuses que Mamie Smith puis Alberta Hunter, Ma Rainey et « l’Impératrice du blues » entre toutes, Bessie Smith qu’évoqua Campus Meeting Jazz dans deux émissions consacrées au « Blues à l’origine du jazz » en février 2016. Suivront dans le style stricto sensu du jazz des chanteuses merveilleuses comme Ella Fitzgerald, Billie Holiday ou Sarah Vaughan. Il y eut également des chanteuses blanches remarquables comme Anita O’Day, Peggy Lee ou June Christie. Dans le rhuthm and blues s’imposeront les noms de Sister Rosetta Tharpe, Memphis Minnie ou Lavern Baker; dans le Free Jazz ceux de Jeanne Lee ou d’Abbey Lincoln. Aujourd’hui China Moses, Erikah Badu, de belles voix noires, disputent la gloire à des voix aussi prestigieuses que celles de Diana Krall, Melody Gardot ou à l’une des dernières arrivées, Nikki Yanofsky.

Ladies in Jazz are…Bessie Smith in Down Hearted Blues / Memphis Minnie in Me And My Chauffeur / Mamie Smith in Crazy Blues / Gertrud Ma Rainey in Prove It On Me Blues / Sister Rosetta Tharpe in Trouble In Mind / Ella Fitzgerald in S’ Wonderful / Sarah Vaughan in Lullaby Of Birdland / Anita O’ Day in Honeysuckle Rose / June Christy in Kissing Bug / Abbey Lincoln in Afro Blue / Billie Holiday in Let’s Call The Whole Thing Off / Peggy Lee in Fever / Melody Gardot in Don’t Talk / China Moses in Watch out / Nikki Yanofsky in Little Secret

La semaine prochaine ce sera le contrebassiste Avishai Cohen

Bonne semaine à toutes et tous

Cordialement

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »