CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N°35 2016-2017 « LE CHANTEUR DE JAZZ GREGORY PORTER » – 19 JUIN 2017

Gregory Porter


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

A la fois auteur-compositeur, chanteur, c’est aussi un acteur de théâtre américain. Il est né à Sacramento le 4 novembre 1971. Très jeune Il est influencé par le chanteur de soul, Marvin Gaye et le pianiste et chanteur Nat King Cole. Son premier album intitulé « Water » paraît aux Etats-Unis en 2010. Son album de 2013 « Liquid Spirit » obtiendra, toujours aux Etats-Unis, le Grammy Award du meilleur disque de jazz vocal. Après une ambition contrariée pour être footballeur américain, Gregory Porter décide de se tourner vers le chant, en particulier vers le jazz et le gospel C’est Kamau Kenyatta, saxophoniste et pianiste de jazz, qui l’orientera vers la musique. C’est Eloise Laws, la soeur de Hubert Laws, qui lui donnera sa chance dans la comédie musicale qu’elle monte à l’époque, sur l’histoire du Blues, intitulée « It Ain’t Nothin’ But The Blues » et qui retrace l’histoire du Blues. Cette comédie musicale qui connaître un immense succès, terminera à Broadway, à l’Ambassador Theatre, en 1999. En 2004, Porter reprend à nouveau le chemin de la comédie musicale pour interpréter « Nat King Cole and Me ».

En ce qui concerne la chanson de jazz, Gregory Porter écrit la plupart du temps ses textes et les interprète sur scène. Dansles années 2010/2015 il se produit dans son pays natal, au National Black Arts Festival d’Atlanta. En 2012, inspiré par le chanteur Bill Withers, il produit son album « Be Good » dans lequel il s’inspire très largement de Nat King Cole qui est son chanteur fétiche. En 2013 paraît le troisième album  » Liquid Spirit », de loin son album le plus personnel. En 2014 l’album obtient le titre de Meilleur album de Jazz Vocal lors de la cinquante-sixième cérémonie des Grammy Awards. En 2016 paraît « Take Me to The Alley » qui sera couronné également par les Grammy Awards. Par ailleurs en 2013 il partcipera à l’album hommage dédié à Gil Scott-Heron « Evolutionary Minded », en 2014 il collabore avec Jamie Cullum en enregistrant « Don’t Let Me Be Misunderstood », le célèbre morceau de Nina Simone, pour son album « Interlude ». En 2015 il passe au style « Music House » avec « Holding On » enregistré avec Disclosure, un groupe britannique de musique électronique.

C’est dire l’éclectisme du personnage.

La semaine prochaine, 26 juin, ce sera le « Mahavishnu Orchestra » de John McLaughlin

Du Jazz rock en perspective !

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »