CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N°31 2016-2017 « LE PIANISTE MICHEL PETRUCCIANI » – 15 MAI 2017

Michel Petrucciani
Magnifique devant son piano.


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Pianiste et compositeur français, Michel Petrucciani est né à Orange le 28 décembre 1962 et mort à New York le 6 janvier 1999. Atteint d’une grave maladie osseuse, il s’investit très vite dans la musique et étudie le piano classique durant 8 ans. A 12 ans il se produit – déjà ! – en concert avec son père, guitariste et son frère Louis, bassiste. Il travaille le piano à l’époque neuf heures par jour. A 15 ans, il joue avec Kenny Clarke, ; en 1978 il joue avec Clark Terry. En 1980 il enregistre « Flash » avec Aldo Romano, Zwerin et Louis Petrucciani. L’année suivante on le retrouve avec Jean-François Jenny-Clark et Romano puis « Estate » en 1982 en trio avec Aldo Romano et Furio Di Castri. Puis c’est ensuite le grand départ pour la Californie où il s’installe en 1982 et il rencontre Charles Lloyd. Enthousiasmé par le jeune pianiste, Charles Lloyd décide de revenir sur scène avec Petrucciani. Ils feront une tournée mondiale ensemble en 1983 puis il effectue un séjour new yorkais avec Lee Konitz en 1981-82. En 1985 il est au Festival de Montreux avec Jim Hall et Wayne Shorter. Son premier disque « Pianism » paraît en 1987. Dans les années 90 il joue avec Stanley Clarke et Lenny White. Il participe au Manhattan Project en 1989. En 1993 il quitte Blue Note pour enregistrer chez Dreyfus Jazz avec Eddy Louiss. On l’entend avec Freddie Hubbard, Joe Henderson, Charlie Haden, Jack Dejohnette, Cecil McBee, Eddie Gomez. En 1997 il effectue une tournée triomphale à Tokyo avec ses deux compères, Steve Gadd à la batterie et Anthony Jackson à la basse. Un an plus tard la maladie triomphe. Il nous quitte à l’âge de 36 ans.

Pianiste intimiste, lyrique et impétueux, il est identifiable par des traits fulgurants soulignant l’amplitude dynamique de son instrument. Son jeu recourt à un spectre sonore élargi qui souligne la configuration polyphonique du piano. Son toucher, délicat, subtil, est très raffiné. Il se combine à une attaque puissante qui lui confère un son incisif et métallique. Il est le pianiste des atmosphères nocturnes et envoûtantes.

Pasolini 1982 / Maybe Yes 1982 / Tone Poem 1982 / Samba des Prophètes 1982 / Home 1993 / Brazilian Suite N3 1993 / Caravan 1993 / Chimes 1997 / September Second 1997 / So What 1997

La semaine prochaine nous écouterons ensemble quelques beaux thème de jazz auxquels l’émission est consacrée.

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »