CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N°28 2016-2017 « MILES DAVIS AND THE MODERN JAZZ GIANTS » – 03 AVRIL 2017

Miles Davis et the Modern Jazz Giants
La pochette du disque avec the Modern Jazz Giants


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Les « Modern Jazz Giants » avec Miles Davis, ont enregistré deux albums « hard bop » lors de trois sessions qui se sont déroulées dans les studios Van Gelder à Hackensack dans le New Jersey, respectivement, le 24 décembre 1954, le 29 juin 1954 et le 26 octobre 1956. Les deux prises de « Bags’ Groove », les deux prises de The Man I Love, Swing Spring, Bemsha Swing, ont lieu le 24 décembre avec Miles Davis, trompette Milt Jackson, vibraphone Thelonious Monk, piano Percy Heath, contrebasse Kenny Clarke, batterie. Le 29 juin 1954 sont enregistrés Airegin, Oleo, But not for me (deux prises), Doxy avec Miles Davis, trompette Sonny Rollins, saxophone ténor Horace Silver, piano Percy Heath, contrebasse Kenny Clarke, batterie. Enfin, le 26 octobre 1956 est enregistré Round Midnight avec Miles Davis, trompette John Coltrane, saxophone ténor Red Garland, piano Paul Chambers, contrebasse Philly Joe Jones, batterie.

La petite histoire nous dit que l’entente entre Miles Davis et Thelonious Monk est loin d’être harmonieuse lorsqu’ils se trouvent en studio. Alors que Miles est quant à lui, à la recherche d’un « beau son », Monk, adepte du style et de la gamme modal dont la connotation est africaine, n’est pas intéressé, à l’inverse de Miles, à rechercher la pureté dans le style. Il est par excellence un frondeur. Miles, visiblement agacé par l’attitude de son pianiste, lui demande lors de la deuxième prise de « The Man I Love », de ne pas l’accompagner et de laisser la place à Milt Jackson dont le style est très proche du trompettiste. Monk est furieux. Certains musicologues prétendent même que Miles et lui en seraient venus aux mains dans le studio. Miles a, dans son autobiographie, démenti cette assertion. Cela dit, face au géant Monk d’un mètre 90 pour 100 kilos, Miles n’aurait pas eu le dessus ! On dit que Monk aurait décidé de se venger en s’arrêtant brusquement de jouer lors de la paraphrase du thème de « The Man I Love » qu’il avait entamée. . Il y a effectivement un « blanc » de douze mesures qui dure 10 secondes interminables ! Le blanc en question est interrompu subitement par la trompette Miles qui, jouant quelques notes, rappelle à l’évidence Monk à l’ordre en lui disant à peu près ceci… « Qu’est ce que tu fais ? Tu joues ou pas ?… » Ce n’est qu’à ce moment que Monk se remet à jouer, magnifiquement d’ailleurs.La petite histoire dit que « Monk vexé d’avoir été remplacé par Milt Jackson, se serait arrêté volontairement de jouer pour marquer sa mauvaise humeur ». Un caprice de star ! Il faut cependant rappeler que, fréquemment, lorsqu’il était en concert, il lui arrivait subitement de s’arrêter de jouer, de se lever de son piano pour entamer sur scène quelques pas de danse sous le regard surpris des spectateurs.

The Modern Jazz Giants : The Man I Love (take 2) 1954 / Round Midnight 1956 / Bags’ Groove (take 1) 1954 / Airegin 1954 / Oleo 1954 / But Not For Me 1954 / Doxy 1954

La semaine prochaine nous nous interrogerons sur « la manière dont la musique populaire américaine est passée du rhythm and blues au jazz ».

Bonne semaine à tous.

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »