CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N°13 2017-2018 « LE SAXOPHONISTE ALTO, TENOR ET CLARINETTISTE : ART PEPPER » – 4 DECEMBRE 2017

Art Pepper
Art Pepper et son saxophone alto


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Art Pepper est né à Gardena, Californie le 1er septembre 1925. Il nous a quittés le 15 juin 1982 à Los Angeles. Jeune, il fait ses « classes » chez Benny Carter et Stan Kenton dans les années 1940. Après son service militaire en Europe dans les années 45-46, il retourne chez Kenton en 1947 avant de constituer son premier quartette. Malheureusement, dès cette époque, à un peu plus de vingt ans, il s’adonne déjà aux stupéfiants. La Justice le poursuit. Il fera de la prison à Fort Worth pendant deux années. A sa sortie de prison, il reprend ses activités musicales. Il réalisera quelques beaux enregistrements pour la firme Pacific Jazz avant de rejoindre Lester Koenig en 1956. Cependant sa vie devient de plus en plus chaotique avec la drogue, les démêlés sentimentaux, la délinquance. A partir de 1959 Art Pepper alterne prison à San Quentin et enregistrements. En 1966, libéré, il entreprend de jouer du saxophone ténor et rejoint la formation de Shelly Manne. En 1968, engagé par Buddy Rich, il se remet à l’alto. La rencontre de Laurie Miller, une journaliste qui deviendra sa femme, le décide à se faire désintoxiquer et à entreprendre la rédaction de son autobiographie qu’il intitulera « Straight Life ». Il décide alors de rejouer et se rend au Japon. Il enregistre en 1975 son album intitulé « Living Legend ». En 1977 il se rend au Village Vanguard à New York avant une deuxième tournée triomphale au Japon en 1978. En juillet 1980, il est à Paris et, en septembre il réalise son rêve : enregistrer avec des cordes. A cette époque sa santé se dégrade rapidement. Il meurt en 1982, quelques semaines après la projection du film de Don McGlynn, qui lui rend hommage et qui est intitulé, « Notes From a Jazz Survivor ».

Art Pepper a été très influencé par le style de Lester Young. Son exceptionnelle maîtrise du saxophone alto en a fait l’un des plus remarquables stylistes de l’instrument. Son jeu conjugue à la fois une exemplaire mise en place rythmique ainsi qu’une invention mélodique qui semble illimitée. Il est parfaitement à l’aise dans les tempos vifs et la ballade dans laquelle il développe un lyrisme superbe. Sa phrase est aussi extrêmement bouleversante, compte tenu de son destin tragique lié à sa vie pour le moins tumultueuse.

Art Pepper… La Macura / Mallets / You go to my head / Blues in / Stompin’ at the Savoye / Red Pepper Blues / Tin Tin Deo / Star eyes / Besame mucho / Blues at twilight

La semaine prochaine « Jaco Pastorius en live »

Bonne semaine

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »