CAMPUS MEETING JAZZ – EMISSION N° 25 2016-2017 « LE BLUES ET LE GOSPEL CHEZ LITTLE RICHARD » – 13 MARS 2017

Little Richard
Little Richard… Héros du rock, du blues et du gospel


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Little Richard avait ce magnétisme sur les foules qui manquait à Bill Haley. « Little Richard » n’est bien sûr qu’un surnom. Il s’appelle en réalité Richard Wayne Penniman. Il est né le 5 décembre 1932, dernier né d’une famille de 14 enfants, il commença à gagner de l’argent à l’âge de sept ans dans les rues de Macon, sa ville natale de Georgie. Dès qu’il avait un ou deux $, il courait prendre des leçons de piano et, à l’âge de 14 ans, il jouait déjà du piano dans la chorale d’un temple de Macon. On le surnommait « War Hawk » (« Faucon de guerre ») tant il mettait de la fureur dans sa ferveur religieuse. Son succès lors d’un crochet radiophonique à Atlanta en 1951, lui permit d’enregistrer quatre 78 tours pour R.C.A. Il s’agit de morceaux bluesy à la Roy Brown. Mais il n’aimait pas ces vieux 78 tours car il craignait, disait-il, de les casser.

Il préférait ses faces Specialty de 1955 et 1957. La firme Specialty cherchait à l’époque un chanteur pour concurrencer le Ray Charles de « I got a woman » et croyant l’avoir trouvé en la personne de Little Richard, le directeur artistique Bumps Blackwell racheta le contrat de Little Richard à Peacock pour 600 dollars ! On lui posta un billet d’avion pour Hollywood. La première séance eut lieu aux J & M Studios, à la Nouvelle-Orléans le 14 septembre 1955. Richard enregistra une demi-douzaine de rhythm and blues sophistiqués. Il est entouré des meilleurs musiciens de la Nouvelle-Orléans, le batteur Earl Palmer, le bassiste Frank Fields, les saxophonistes Red Tyler et Lee Allen.

Puis entre 1956 et 1957 Little Richard enregistra toute une série de 45 tours qui montèrent tous au hit parade ! Quand Good Golly Miss Molly monta au Top 10 anglais en mars 1958 , Little Richard avait déjà abandonné le show business en jetant une bague en or dans le port de Sydney en Australie en faisant vœu de ne plus chanter cette « musique de démons » qu’était devenu pour lui le rock and roll. Dans l’anonymat, simple chanteur du groupe « The Upsetters », il sortira deux 45 tours en 1962 avec le groupe « The Upsetters » avec deux titres bien connus de Fats Domino : « Valley of tears » et, « I‘m in love again ». C’est dès 1960 qu’il se lancera dans le gospel avec Mahalia Jackson et Sister Rosetta Tharpe. Il est devenu depuis prédicateur et, s’est totalement axé sur cette production.

On écoute… Freedom Blues / Lovesick Blues / Get rich quick / Why did you leave me ? / Taxi Blues / Every hour / Please have mercy on me / Directly from my heart / Milky white way / I’ve just come from the fountain / Need him / Just a closer walk with thee / Does Jesus care / Precious Lord / Valley of tears / The Saints (go marchin’ in)

La semaine prochaine « Joni Mitchell, chanteuse de jazz ? »

Bonne semaine

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »