CAMPUS MEETING JAZZ – EMISION N° 30 2016-2017 « LES PETITES FORMATIONS DE JAZZ DES ANNEES 30 AUX ANNEES 60 – 24 AVRIL 2017

Les petites formations
Le trio de Benny Goodman


Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Qu’est-ce qu’un orchestre de jazz ?
Les notions d’orchestre de jazz, de combo, de jazz band, de big band, de brass band et d’orchestre d’harmonie sont souvent confuses au sein du public. Nous allons présentement nous intéresser au « petit orchestre de jazz » ou « combo », du terme « combination » ou en français : « formation ». Le petit orchestre de jazz est encore appelé « groupe de jazz ». La caractéristique principale du petit orchestre de jazz réside dans le fait qu’il soit adapté à la musique improvisée. Dans une petite formation comme le trio, le quartet, le quintet et le sextet, les instrumentistes peuvent tous « chorusser » (improviser) à tour de rôle. Ce ne serait pas possible dans un orchestre à fort effectif. Ce type de petite formation est souvent engagé en tant qu’orchestre pour une « soirée événementielle ».

Les ensembles nommés groupe de jazz ou combo correspondent à des formations allant du trio à l’octet. A partir du quartet ils comportent « la section rythmique » habituelle formée avec un piano ou une guitare, une contrebasse ou une basse et enfin une batterie puis, « une section mélodique » composée d’un ou plusieurs instruments : un saxophone, une trompette, une clarinette, un trombone, un violon. Un chanteur ou une chanteuse peut aussi faire partie du combo.
D’une façon générale, l’utilisation du terme anglo-saxon « quartet » au lieu de « quatuor » pour définir un petit orchestre, signifie que la formation musicale joue du jazz. Lorsque le terme français « quatuor » est utilisé cela concerne une formation dédiée à la musique classique.

Il existe des combos sans section rythmique classique : quartet, quintet ou sextet à vents. La réunion de quatre instruments de la même famille comme les quartets de saxophones ou de trombones, est très intéressante musicalement. Dans un combo de jazz manouche comme le célèbre « quintet à cordes » de Django Reinhardt, la section rythmique est assurée par les guitares et la contrebasse, la section mélodique par le violon et la guitare qui a donc la double fonction. Certains trios de jazz plus rares se forment sans instrument harmonique comme le piano, la guitare, le vibraphone ou l’accordéon. Il arrive que par exemple le saxophone soit simplement accompagné d’une basse et d’une batterie. L’instrument harmonique pouvant jouer des accords étant quasi indispensable à l’équilibre musical, cette option consistant à éliminer l’instrument harmonique est de fait peu retenue.

Dans le combo on est en présence de solistes qui développent leurs improvisations suivant un ordre et un nombre de chorus déterminés une fois le thème exposé en une courte introduction soit à l’unisson soit harmonisée. Ce sont des considérations économiques qui ont présidé à l’existence de ces petits groupes : clubs à faible capacité, espace trop restreint pour espérer accueillir plus de douze musiciens. Ce fut le cas à la Nouvelle Orléans ou à New York dans la 52ème Rue où les petits clubs accueillaient Billie Holiday, le trio d’Art Tatum, le John Kirby Sextet… Quelques leaders de grandes formations ont aussi, pour se faire plaisir, souvent mis en avant, « en attraction », une sélection de leurs meilleurs solistes empruntés à la grande formation. Ainsi Benny Goodman proposait son trio avec Teddy Wilson au piano et Gene Krupa à la batterie ; son quartet avec en plus, le vibraphoniste Lionel Hampton ; son sextet en rajoutant le guitariste Charlie Christian et le trompettiste Cootie Williams.

Les petites formations. Oh ! Lady be good de Jones-Smith Incorporated 1936 / Stringin’ the blues de Joe Venuti & Eddie Lang 1926 / Moonglow de Benny Goodman 1936 / Rose Room de John Kirby sextet 1939 / Don’t be a baby, baby de Tommy Dorsey & The Clambake Seven 1946 / You’se a viper de Stuff Smith & his Onyx Club Boys 1936 / Just a gigolo de Louis Prima 1944 / If you is or is you ain’t my baby de Louis Jordan 1943 / Slim’s Jam de Slim Gaillard 1949 / Avalon de Teddy Wilson 1957 / Sunny Morning de Teddy Wilson 1957 / That old feeling de Teddy Wilson 1957 / Dinah de Django Reinhardt 1934 / Limehouse Blues de Django Reinhardt 1936 / Minor Swing de Django Reinhardt 1937 / Stompin’ at Decca de Django Reinhardt 1938.

Pas d’émission le 1er mai et le 8 mai. Le 15 mai : Michel Petrucciani

Jean Claude

« Campus Meeting Jazz is really 100% Jazz Music only ! »